Rhinites : bien diagnostiquer pour bien les traiter

Rhinites : bien diagnostiquer pour bien les traiter
Homme allergique au pollen qui éternue

Si comme 2 000 000 de Suisses, vous souffrez ponctuellement ou régulièrement d’une rhinite, pas de panique, la rhinite allergique est l’une des allergies les plus répandues en Europe. Elle est même en progression constante depuis quelques années. Éternuements, nez bouché ou yeux qui grattent doivent vous alerter. 

Qu’est-ce qu’une rhinite ?

Une rhinite est une inflammation des fosses nasales qui peut être chronique ou aiguë. Sous sa forme chronique, la rhinite peut être allergique. C’est notamment le cas pour les personnes atteintes de rhume des foins. Aujourd’hui 400 millions de personnes dans le monde vivent avec une rhinite allergique.

Particularité de la rhinite allergique

La rhinite allergique peut être causée par le pollen, c'est ce que l’on appelle communément le rhume des foins. Elle peut aussi être causée par des acariens ou une réaction aux poils d’animaux.

Une personne atteinte d’une rhinite allergique aura comme symptômes :

  • Des éternuements à répétitions
  • Le nez qui coule en continu
  • Le nez bouché
  • Les yeux qui grattent
  • Les yeux qui pleurent
  • Les yeux qui gonflent

    Les patients peuvent également ressentir des douleurs au niveau des sinus.

    Qu’est-ce que le rhume des foins ? : il s’agit d’une rhinite allergique due au pollen connue aussi sous le nom de pollinose. Elle frappe d’avril à septembre selon les régions et le processus de floraison. La plupart des personnes qui en sont atteintes sont allergiques au pollen de plantes graminées.

    La rhinite allergique peut aussi être causée par du pollen véhiculé par les vents. Le pollen entre en contact direct avec les yeux, le nez et la bouche et provoque dans un premier temps, une toux sèche, d’importantes sécrétions nasales et un gonflement des yeux.

    La rhinite chronique se distingue du rhume des foins par sa durée, généralement plus de trois mois. Elle peut survenir à n’importe quel moment de l’année. Souvent ses causes sont allergiques : acariens, poils…

    Rhinites allergiques : nous sommes tous susceptibles d’y être sujet

    Si les cas de rhumes des foins sont plus fréquents chez les personnes souffrant d’asthme, d’eczéma et d’urticaire, elle peut toucher tout le monde et plus particulièrement les personnes souffrant déjà d'une autre allergie.

    Particularités de la rhinite aiguë 

    Vous avez le nez bouché et qui coule ? Du sang est associé à vos sécrétions nasales ? Si ces symptômes ne durent que quelques jours, il s’agit alors d’une rhinite aiguë. 

    Qu’est-ce qui est à l’origine des rhinites ?

    Graminées qui provoquent des allergies aux pollens

    Les causes de la rhinite sont variables selon le type de la maladie.

    Rhinite aigue : elle est souvent causée par un rhume ou, plus rarement, par une infection à streptocoques, pneumocoques ou staphylocoques.

    Rhinite chronique : Elle peut prendre le relai d’une rhinite virale ou d’une infection. Plus rarement, elle peut être causée par des maladies comme la tuberculose, la lèpre, la syphilis…

    Rhinite atrophique : elle touche le plus souvent les personnes âgées et occasionne une atrophie et une dégradation de la muqueuse. Sa cause, bien qu’encore inconnue serait associée à une infection bactérienne.

    Rhinite vasomotrice : les causes exactes de cette forme de rhinite non allergique n’ont pas encore été clairement définies. Cependant, un air sec serait l'un des facteurs aggravant de la situation.

    Comment diagnostiquer une rhinite ?

    Infographies sur l'allergie au pollen

    La rhinite vasomotrice est simple à diagnostiquer car, contrairement aux autres formes de la maladie, le nez ne coule pas. Par contre la présence de croûtes est importante. Pour les autres variantes de la maladie, une consultation clinique est nécessaire. Elle se passe généralement chez un ORL ou un allergologue. La consultation consiste à examiner les fosses nasales. Si les muqueuses du nez sont enflammées, il s’agit bien d’une rhinite. Parfois, il se peut que l’examen soit difficile en raison d’une déviation de la cloison nasale, dans ce cas, une radiographie des sinus devra être réalisée.

    D’autres tests peuvent aider au diagnostic de la rhinite :

    Des tests cutanés : pratiqués par l’allergologue, ils consistent à mettre en contact le patient avec des allergènes probables. Si un doute persiste, un examen pour calculer le taux d’IgE peut être réalisé.

    Le test Phadiatop : il sert à rechercher une possible allergie à certains allergènes présents dans l’atmosphère.

    Comment soigner une rhinite ?

    Kit Salitair inhalateur pour allergies et rhume des foins

    La première chose à faire pour limiter les symptômes est d’éviter autant que possible les facteurs qui déclenchent les réactions suivantes : nez bouché, œil qui gratte, sécrétions nasales importante, toux… Évidemment, pour les personnes ayant le rhume des foins, il sera compliqué d’éviter de respirer les pollens responsables de la maladie. Cependant, un traitement de désensibilisation peut être envisagé. Il doit être effectué quelques semaines avant la période de pollinisation.

    Pour les autres rhinites allergiques, un traitement de désensibilisation est également possible, sa longueur varie selon les patients.

    Les traitements pour soigner les rhinites dépendent de la variante de la maladie. Les traitements naturels contre les problèmes respiratoires sont efficaces mais les médecins vous conseilleront aussi :
    • Le spray nasal : très efficace en cas de sinusite, d’allergie au pollen ou à la poussière, de rhume des foins et de congestion nasale, le spray nasal à l’eau hyperthermale nettoie le nez en profondeur.
    • Les anti-allergiques : ils aident à traiter les symptômes de nez qui coule et d’éternuement
    • Les corticoïdes : ils sont efficace pour déboucher le nez
    • Les collyres : ils sont utiles pour apaiser les yeux
    • Les médicaments : généralement les médecins prescrivent des antihistaminiques contre l’écoulement nasal et les chatouillements.
    • Le thermalisme : une cure thermale est conseillée pour les cas de rhinites infectieuses. Certaines eaux thermales sont réputées pour leurs effets bénéfiques.
    • Le redressement de la cloison nasale : l’opération peut être envisagée chez les personnes souffrant de rhinites chroniques dues à une déviation de la cloison nasale.Dans certain cas de faible déviation de la cloison nasale, un dilatateur nasal peut être utile. 

      En Suisse et en Europe, les rhinites allergiques sont de plus en plus fréquentes. Il y a 20 ans de cela, le principal pique de la maladie se situait au printemps, aujourd’hui, les rhinites apparaissent tout au long de l’année. La cause notamment aux allergies croisées, une personne allergique pouvant plus facilement développer une autre allergie. Aujourd’hui, 25 % de la population suisse et française est touchée par une allergie chronique contre 4% en 1960.

       

      %3Cp%3EChoisissez+le+Starter+kit+correspondant+%26agrave%3B+la+narine+avec+laquelle+vous+respirez+le+mieux%3C%2Fp%3E

      Choisissez le Starter kit correspondant à la narine avec laquelle vous respirez le mieux