Diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil

Diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil
Selon une étude réalisée par l’Observatoire suisse de la santé (OSS), 34% de la population suisse serait atteinte de troubles du sommeil. Chroniques ou temporaires, selon leur origine les insomnies perturbent de manière plus ou moins importante le sommeil. Voyons ensemble quels sont les différents types de troubles du sommeil et comment en soigner les symptômes.

Que sont les troubles du sommeil ?

dessin d'homme qui compte les moutons

Les troubles du sommeil sont un ensemble de pathologies qui ont un effet néfaste sur la qualité du sommeil. Ils sont classés en trois groupes selon leur nature et leur capacité d’altération de la qualité du sommeil.

Les trois états des troubles du sommeil

Les troubles du sommeil sont généralement classés en trois groupes :

Les dyssomnies : des troubles du sommeil qui empêchent de dormir ou qui provoquent un sommeil agité. Elles peuvent être d’ordre psychologique ou en lien avec une consommation excessive de substances : alcool, drogue, médicament…

Les parasomnies : des troubles du sommeil qui n’empêchent pas de dormir mais qui ont un effet sur la qualité du sommeil : l’apnée du sommeil, le somnambulisme, le bruxisme…

Les troubles liées à une maladie : ils peuvent être d’origine psychiatrique ou neurologique. Ils peuvent aussi survenir lors d’une crise d’asthme ou d’une autre pathologie provoquant un certain inconfort : troubles intestinaux, reflux…

Les différents troubles du sommeil

Parmi les troubles du sommeil les plus fréquents, on retrouve :

  • L’apnée du sommeil : elle se concrétise par une suspension de la respiration supérieure ou égale à 10 secondes causée par un mauvais passage de l’air au niveau du pharynx. Le patient peut être réveillé à de multiples reprises sans s’en apercevoir et être sujet à une fatigue intense dès le réveil.
  • L’insomnie : chronique ou occasionnelle, elle touche près d’un quart de la population. Elle peut être causée par un dérèglement de notre horloge biologique, notamment chez les personnes exerçant un travail de nuit.
  • Le somnambulisme : il se déclenche lors de la période de sommeil lent profond, généralement durant les deux heures suivant la période d’endormissement. La personne atteinte de somnambulisme réalise des actions dont il ne se souvient pas : marcher, sortir de la maison, manger… Des comportements violents sont aussi fréquemment constatés, notamment lors d’un réveil brutal.
  • Les terreurs nocturnes : elles touchent généralement les enfants de moins de 6 ans. Celui-ci, pris de panique crie et s’agite dans son sommeil.
  • Le bruxisme : cette pathologie se traduit par un grincement des dents durant le sommeil.
  • Les troubles liés à une dépression : l’état psychologique du patient est la cause de ses difficultés à s’endormir ou le pousse à s’éveiller très tôt.
  • Les troubles liés aux muscles : il s’agit du syndrome d’impatience musculaire de l’éveil ou du syndrome de mouvements périodiques des membres au cours du sommeil. Les membres du patient s’agitent sans que celui-ci n’en soit conscient. Ces mouvements peuvent interrompre le sommeil.
  • Les troubles liés à l’environnement : il s’agit d’une altération temporaire du cycle veille-sommeil due à des causes environnementales comme : un écran de téléphone ou de télévision allumé, une lumière, une nuit passée dans un autre lit ou dans un lieu non agréable (hôpital, hôtel avec une mauvaise literie)…

Logo des journées suisses du sommeil

Le saviez-vous ? : Il existe une journée suisse du sommeil. Elle sert à informer et sensibiliser le public sur le rôle du sommeil, notamment en aidant à identifier les différents troubles du sommeil.

Comment analyser la qualité du sommeil ?

Pour identifier les causes de l’apparition des troubles du sommeil, les patients peuvent passer un examen complet qui comprend :

  1. Un questionnaire : celui-ci sert à comprendre les habitudes du patient et identifier celles qui pourraient impacter son sommeil.
  2. Un polysomnographe : il s’agit d’un enregistrement de l’activité électrique du cerveau et de l’œil qui se pratique en laboratoire et permet d’étudier différents facteurs causant des troubles du sommeil : baisses d’oxygène, activités musculaires… L’examen dure une nuit entière. Le polysomnographe est utilisé également pour vérifier l’effet d’un traitement sur la qualité du sommeil et permet de définir si celui-ci doit être adapté.

    Bon à savoir : Il existe à Genève un centre du sommeil spécialisé dans le traitement des troubles du sommeil : Le Cenas

    Comment soigner les pathologies causant des troubles du sommeil ?

    orthèse nasale nastent

    Les troubles du sommeil sont dus à des facteurs sous-jacents. En traitant les causes d’un mauvais sommeil, il est possible de retrouver des nuits paisibles.

    Différents traitements pour soigner les troubles du sommeil peuvent-être préconisés :

    • La psychothérapie : elle est conseillée chez les patients très anxieux ou souffrant de troubles du comportement. Elle est aussi conseillée à certains patients atteints de bruxisme (grincement des dents durant la nuit).
    • L’adaptation des habitudes : elle est conseillée pour les patients dont les troubles du sommeil sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires (repas lourd le soir, sport à haute intensité avant le coucher) ou à une prise d’alcool ou de médicaments.
    • L’adaptation de l’environnement : elle est conseillée aux patients qui sont victimes d’une perturbation de leur cycle veille/sommeil. La suppression des écrans mais aussi le choix d’une literie adaptée (oreiller anti-ronflement, matelas ergonomique…), l’aération de la chambre…
    • L’orthèse d’avancée mandibulaire : elle est conseillée aux patients souffrant d’apnée du sommeil.
    • L’orthèse nasale : elle est conseillée aux patients souffrant de ronflements ou d’obstruction des voies respiratoires chronique ou occasionnelle.
    • Des gouttières en caoutchouc : elles sont conseillée aux patients souffrant de bruxisme afin d’éviter d’abimer l’email des dents.
    • Le traitement médicamenteux : utile pour les patients atteints de maladie comme Alzheimer, Parkinson ou pour les personnes maniaco-dépressives.

    Les Suisses et le sommeil 

    Selon l’étude BEH consacrée au sommeil et réalisée durant les journées du sommeil en mars 2019 sur plus de 12 000 personnes issues de 20 pays industrialisés, les Suisses, avec une durée moyenne de sommeil nocturne de 7h55, font parties des plus gros dormeurs. À titre comparatif, les Français dorment en moyenne 6h45 par nuit. Idéalement, un adulte devrait dormir entre 7 et 9 heures, tandis qu’un adolescent aurait besoin de 8 à 10 heures de sommeil.

    Les femmes sont en général plus sujettes aux troubles du sommeil (en moyenne 10% de plus que les hommes). Les citadins sont également plus touchés : on dénombre 40% de personnes atteintes par les troubles du sommeil dans les grandes villes contre un peu plus de 25% en zone rurale. (Source : Observatoire suisse de la santé).

    N'oubliez pas qu'une bonne hygiène de vie est en mesure de réduire considérablement les troubles du sommeil. Parlez-en à votre médecin.

     

    %3Cp%3EChoisissez+le+Starter+kit+correspondant+%26agrave%3B+la+narine+avec+laquelle+vous+respirez+le+mieux%3C%2Fp%3E

    Choisissez le Starter kit correspondant à la narine avec laquelle vous respirez le mieux